Qualité d'image

Tout boîtier photographique compact à objectif non démontable se définit par une qualité d'image pouvant être très variable selon le public visé. Quand le grand public se suffit d'un appareil compact très facilement accessible (200 à 300 euros) avec une optique variable moyenne rétractable et uniquement d'images au format JPEG de qualité standard ; les plus exigeants en attendent beaucoup plus et sont prêts à investir en conséquence jusqu'à 2000 euros. En numérique, la qualité d'image absolue d'un boîtier compact, en excluant la mise au point de l'équation (quoique…?), est surtout la somme de quatre facteurs (l'optique, le capteur, le processeur d'image et le format d'image de sortie). Dans le cas du FUJIFILM X100T destiné aux amateurs experts ainsi que professionnels de l'image documentaire et visant à concurrencer quelque peu la suprématie des LEICA, chacun de ces quatre facteurs absolus ont été optimisés entre eux afin de s'avérer réellement superlatifs pour garantir la meilleure qualité d'image possible sans compromis. 

Ainsi, à l'heure actuelle, le X100T se classe parmi les trois boîtiers compacts offrant la plus belle qualité d'image au monde.

1 - L'optique : Un objectif FUJINON 23mm ouvert à f/2 à focale fixe non démontage et non escamotable. La configuration simple des lentilles en verre (6 groupes/8 lentilles) est axée sur une lentille bi-asphérique unique de haute performance. La qualité d'image incomparable est assurée par l'application d’un traitement multicouche à "haute transmittance" (High Transmittance Electron Beam Coating, HTC-EBC), traditionnellement utilisé dans les objectifs Fujinon de télévision et les objectifs pour appareils photo grand format salués par les professionnels. Ce traitement atténue les images fantômes et les lumières parasites ("flare"), ce qui permet d'obtenir des images parfaitement claires.


2 - Le capteur : Il ne répond pas au standard de la matrice de Bayer concernant la disposition des pixels de couleur mais au standard X-TRANS de FUJIFILM. Cette disposition particulière de la mosaïque des couleurs rend le capteur insensible au moiré et de ce fait, l'utilisation d'un filtre passe-bas devient inutile. L'absence de ce filtre présente un avantage colossal direct : Une résolution d'image bien plus élevée que la plupart des compacts produits par la concurrence pouvant rivaliser avec le plein format des reflex. Cette caractéristique technologique atypique selon le brevet N°2013-258168 de FUJIFILM laisse apparaître des pixels verts et blancs deux fois plus gros que leurs voisins rouges et bleus. Cette disposition exotique semble par ailleurs favorable très probablement à la prise de vue en noir et blanc par des blancs plus profonds et une valorisation de la couche verte dont ceux qui ont pratiqué l'astrophotographie comme moi savent qu'elle présente toujours la meilleure résolution et le meilleur contraste général. Les pixels blancs permettant au passage très judicieusement d'assurer un gain en sensibilité par rapport à la structure de Bayer qui n'en possède pas !





3 - Le processeur d'image : Le X100T embarque le processeur FUJIFILM EXR II. Il s'agit de la prolongation informatique du capteur ayant notamment en charge l'optimisation de la qualité de l'image aux forts ISO par la maîtrise du bruit, l'application des onze rendus photographiques FUJICHROME/KODACHROME et l'exceptionnelle qualité native des JPEG qu'aucun concurrent direct (CANON, NIKON, OLYMPUS, SONY comme PENTAX) ne parvient à rivaliser, en sortie directe de boîtier. Le rendement accru du processeur EXR II assure également les facteurs de l’optimiseur de modulation d’objectif (LMO) pour compenser les aberrations et les images diffractées qui surviennent lorsqu’un rayon de lumière traverse l’objectif ; ces facteurs étant ensuite appliqués pour créer des images d’une netteté exceptionnelle. A ce propos, le nouveau processeur EXR II instaure un dispositif de traitement de signal d’origine du capteur X-TRANS, doté d’une technologie sophistiquée de séparation du bruit, jumelée à un processus de réduction du bruit nouvellement conçu exploitant le différentiel coloré pour supprimer le flou chromatique. La qualité de l’image est donc hautement supérieure à la taille de son capteur.

4 - Le format d'image de sortie : Contrairement à la plupart des compacts conçus pour le grand public, le X100T permet grâce au processeur d'image EXR II, non seulement de travailler au format JPEG d'une qualité très supérieure par rapport à la concurrence mais autorise également de travailler en bruts de capteur RAW au format .RAF (format propriétaire de FUJIFILM) pour un enregistrement sans aucune perte ni compression des moindres nuances de couleurs et de détails d'un sujet. En travaillant au format brut de capteur, le poids très honorable unitaire d'un cliché est d'environ 35 Mo et il est fortement conseillé de travailler avec une carte SD de 8 Go minimum.