3 octobre 2017 : Clôture des mises à jour

Mon nouveau site internet "Fenêtre ouverte sur la vie", encapsulage de mon portail originel créé dans un délai éclair d'une semaine, sonne la fin d'une époque. J'ai décidé de figer beaucoup de mes publications pour me recentrer sur la seule activité de conteur visuel du quotidien dans laquelle les inconnus sont mes héros. Ce blog n'échappe pas à cette sentence. Je ferme la porte sans pourtant éteindre la lumière. Je pense en avoir usé l'utilité pour ceux qui ont choisi FUJIFILM pour leurs travaux de terrain et plus précisément le X100(T) afin d'exposer ma façon de m'en servir pour leur donner des pistes. Avec plusieurs milliers de photographies en ligne sur internet depuis l'explosion de ma carrière photographique en 2005, je n'ai plus grand-chose à démontrer, sinon simplement encore une tonne de choses à découvrir sur un chemin plus privatif où le démonstratif est devenu inutile. La rue et l'amour pour la vie des gens m'ont emporté. C'est désormais ce que j'adore montrer.

Merci d'avance pour ceux qui continueront à me suivre sur mon nouveau site internet.





29 juillet 2017 : Sauvetage

Dans les rues de Brie-Comte-Robert (77), un samedi après-midi, au moment où tombent quelques gouttes inattendues du ciel, je remarque un attroupement. Le temps de comprendre, j'assiste à un sauvetage. Si en plus, le télémétrique FUJIFILM est dans le sac, c'est encore mieux. J'hésite un moment, craignant à une trop grande furtivité de la scène et puis chaleureusement encouragé par ceux qui m'accompagnent, je me décide à sortir l'appareil. Je tire massivement un peu plus d'une pellicule de 24 poses avec pour seule intuitivité, le cadre blanc de l'OVF. Le choix du noir&blanc s'impose immédiatement car la couleur n'apporte rien, au contraire, elle parasiterai presque la composition.





11 juillet 2017 : Petit épisode parisien

Petit épisode parisien avec le X100T dans sa version basique (35mm). L'église Saint-Eugène-Sainte-Cécile du XIème arrondissement et un peu de rue furent au programme. Occasion de rappeler la polyvalence incroyable de cette focale contenue dans un objectif ultra-fin.







Finalement...28, 35 ou 50 mm ?

Ces derniers temps, je me suis aventuré au 28mm avec le WCL-X100 dont l'utilisation officielle dans plusieurs reportages fut une grande première et une certaine révélation. Et puis, brièvement, il y a quelques jours, j'ai réutilisé le TCL-X100 pour quelques travaux pratiques au 50mm après ma journée de travail. Finalement, j'en suis revenu à l'optique de base du FUJI X100T couvrant le champ situé à mi-parcours entre les deux focales des convertisseurs, soit le 35mm bien sûr. 28, 35 ou 50 parfois 90, les focales sont souvent continuellement au coeur d'un débat dans les forums sur le choix (bien souvent, justement au moment de partir en vacances ou de réaliser un reportage bien précis), que ce soient entre Leicaistes, Fujistes et autres groupes attachés à un type précis d'appareil. Propre à la sensibilité de chacun, une focale peut être perçue comme une signature sur la façon de percevoir l'espace. Parfois, une focale s'imposera naturellement par son encombrement réduit, sa très grande profondeur de champ en hyperfocale ou d'autres critères propres aux besoins du photographe. Avec le X100 et ses compléments optiques, nous n'échappons pas non plus à ce genre de questions induites par les spécificités de cet appareil.

J'aime le WCL-X100 sans contexte par les perspectives audacieuses d'un 28mm :



J'aime le TCL-X100 pour sa capacité à approcher discrètement certaines situations sans en ébranler le naturel :



Cependant, ceci fait débat parfois entre fervents du FUJI X100 (S/T/F), il faut bien avouer que ces convertisseurs optiques, bien que optiquement tout simplement excellents, apportent un embonpoint non négligeable à l'appareil, tant pour une question de poids que pour celle touchant au volume. Il suffit de travailler avec et/ou de prendre un petit sac d'épaule spécialement conçu pour hybrides pour s'en rendre compte. Travailler avec le WCL-X100, c'est un appareil qui pèse 150g de plus et avec le TCL-X100, c'est une majoration de presque 200g. Le poids semble ridicule et pourtant à l'usage, ceci se ressent. En volume, quand l'un des convertisseurs est monté sur l'appareil, c'est environ 6 cm de perdu sur la longueur intérieure fonctionnelle d'un sac ; ce n'est pas rien.

Aspect du sac avec le X100T équipé d'un convertisseur. La place pour les affaires personnelles est réduite au minimum.

En enlevant un convertisseur pour revenir dans la configuration de base du X100 avec sa focale native de 35mm, le contenu du sac photo est métamorphosé et beaucoup d'affaires personnelles trouvent instantanément leur place :



La poche libre du côté gauche permet par ailleurs d'accueillir un mobile/smartphone pour rester connecté et joignable. En gros, le jour et la nuit concernant l'aspect général du sac. L'année dernière, un petit débat passionné m'avait opposé à Jérémy FROBENIUS concernant ces convertisseurs. Tandis que je multipliais mes louanges pour la qualité d'image obtenue avec le TCL-X100 ainsi que pour la focale de 50mm bien mieux adaptée au reportage de rue, il défendait l'idée que l'existence même de ces convertisseurs était à contre-courant de la philosophie originale de ce boitier. Avec le recul, j'en tirerai très objectivement mes propres conclusions :
  1. La version de base du X100 est bien évidemment en tous points la meilleure. C'est l'appareil ultra-réduit au maximum pour les petits reportages de tous les jours que l'on hésite jamais de sortir du sac dès qu'un sujet intéressant se présente. Le boitier est équilibré et léger. Le boitier ne prend pas exagérément de place et c'est encore plus criant dans un petit sac en bandoulière car on peut sortir très léger, en attirant de surcroît moins l'attention car le gain de place bénéficie immédiatement aux affaires personnelles.
  2. Le X100 équipé d'un convertisseur, à moins que le sac photo soit de volume "important", impose bien souvent de porter un second sac pour ses affaires personnelles. On est immédiatement beaucoup moins à l'aise pour travailler mais aussi plus repérable.
  3. Je ne regrette en aucun cas d'avoir acheté les convertissseurs car ceci me permet sporadiquement pour des projets bien spécifiques de bénéficier avec le X100 des véritables perspectives propres à chacune des deux focales complémentaires, sans perte de qualité d'image ni de résolution par recadrage, sous réserve d'accepter l'embonpoint en découlant.
  4. Je sais aujourd'hui que ma focale de prédilection n'est finalement pas le 50mm depuis que j'ai conduit plusieurs reportages avec le WCL-X100. De ce fait, je comprends mieux aujourd'hui la grande pertinence de LEICA dans son choix pour la focale de 28mm pour son compact professionnel plein format. Une autre idée, une autre façon d'être polyvalent avec plus de dynamique.

4 juillet 2017 : Quelques travaux pratiques

Retour à la focale de 50mm pour quelques travaux pratiques après la journée de travail. Après un dimanche ayant démarré sous la pluie et l'absence d'une belle lumière l'après-midi, sans compter le calme relatif découlant d'un jour pour beaucoup chômé, ce qui m'avait conduit à rentrer bredouille, voici une petite revanche concoctée deux jours plus tard. Le soleil est de retour avec la chaleur. En une seule heure d'exposition au soleil à l'extérieur, j'avais l'impression d'avoir le rayonnement d'un four derrière le cou et sur les bras...





25 juin 2017 : On en apprend toujours encore de son appareil

L'appareil réglé en mise au point manuelle, je me suis montré quelque peu aventurier en sortant de ma zone de confort habituelle. C'est toujours en sortant de notre zone de confort que l'on découvre toujours un peu plus son matériel, même deux ans après son achat. Il faut savoir se mettre en danger, au même titre que pour la focale de 28mm dont je renouvelle l'usage dans cette troisième série. Le bord de la Marne, atteint après une demie-heure de marche, représente le cadre de cet égarement. A la limite, j'oserai proclamer que la légère imprécision de mise au point engendrée par mes efforts tous personnels dans la focalisation apporte un petit rendu analogique, loin d'être décevant car apportant sa petite touche de caractère à ces quelques produits. J'étais réellement parti avec mon boitier pour me dégourdir les jambes et m'amuser mais certainement pas pour du sérieux. C'est finalement plutôt réussi pour de la dilettante technique... :)